Un week-end à Cabourg.

Hello ! En cette fin de semaine qui, pour ma part désigne la fin des vacances avant la reprise ce lundi, j’ai décidé de vous rédiger un article sur mon séjour à Cabourg de cet été. Ce n’était pas la première fois que j’y séjournais et pourtant j’aime toujours autant y aller. J’aime Cabourg pour son calme, ses fleurs, ses maisons à colombages mais également pour son histoire. Marcel PROUST, un de mes auteurs préférés, y a séjourné au cours de sa vie et c’est toujours un plaisir de découvrir « son » Cabourg, à travers « Balbec » le nom qu’il donne à la station balnéaire dans ses oeuvres.

Je vous laisse avec mes photos qui, j’espère, vous donneront envie d’y aller.

IMG_9845

« A dix heures, le concert éclatait sous mes fenêtres. Entre les intervalles des instruments, si la mer était pleine, reprenait, coulé et continu, le glissement de l’eau d’une vague qui semblait envelopper les traits du violon dans ses volutes de cristal et faire jaillir son écume au-dessus des échos intermittents d’une musique sous-marine. » – Marcel PROUST

IMG_9877IMG_9950

Cette fois-ci, j’ai passé une nuit au Grand Hôtel de Cabourg, là où Marcel PROUST résidait. Que dire sur cet hôtel hormis que c’était si agréable et juste parfait! Nous avions une vue imprenable sur la mer, un vrai bol d’oxygène. M. Proust avait sa chambre au dernier étage de l’hôtel, nous avons même pu la visiter. Je vous laisse la découvrir ici.

IMG_9848.jpgIMG_9874.jpgIMG_9891

« Là-bas près de Balbec, près de ces lieux si sauvages, il y a une baie d’une douceur charmante où le coucher de soleil du pays d’Auge, le coucher du soleil rouge et or que je suis loin de dédaigner, d’ailleurs, est sans caractère insignifiant ; mais dans cette atmosphère humide et douce s’épanouissent le soir en quelques instants de ces bouquets célestes, bleus et roses, qui sont incomparables et qui mettent souvent des heures à se faner. D’autres s’effeuillent tout de suite et c’est alors plus beau encore de voir le ciel entier que jonche la dispersion d’innombrables pétales soufrés ou roses » – Marcel PROUST, 1913 « Du côté de chez Swann »

IMG_0077.jpgIMG_0080.jpg

Publicités

7 thoughts on “Un week-end à Cabourg.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s